# # # # # # Bouton


La Dune du Pilat (33)


La Dune du Pilat vue depuis le Cap Ferret

Elisée Reclus, dans son ouvrage intitulé « Etude sur les Dunes », ouvrage publié en 1865, nous décrit ainsi la dune du Pilat :
« En Europe, les plus hauts monticules de Sable se trouvent sur le littoral des Pays Bas et sur les côtes atlantiques de la France. Sur le littoral des landes de Gascogne, auquel les vagues apportent chaque année 6 million de mètres cubes de sable, un très grand nombre de dunes dépassent une élévation de 75 mètres ; il en existe une, celle de Lascours, dont la longue croupe parallèle au rivage de la mer atteint en plusieurs endroits 80 mètres et dresse son dôme culminant à une altitude de 89 mètres. Il est vrai que cette hauteur semble marquer en France, l’extrême limite ascensionnelle des sables, car les rangées de dunes parallèles situées à l’est de la dune de Lascours sont beaucoup moins élevées… »

Le nom Pilat, déjà présent sur les cartes de Masse (1708) et de Cassini (1786) avec le « petit bassin du Pilat », les « balises du Pilat », des « cabanes du Pilat » et la « grande passe du Pilat ou passe du Sud », correspondait à un lieu situé plus au sud de celui de la dune que nous connaissons sous ce nom et vraisemblablement au large de la côte actuelle. Nous sommes ici dans un pays de dunes mobiles et au fil du temps, le littoral et son relief ne cessent de se modifier, avançant vers l'est, vers l'intérieur des terres. Jusqu'au début du XXe siècle, le secteur du Pilat s'appelle « les Sabloneys » (littéralement « sables nouveaux » en gascon) et aucune route carrossable n'y mène. Ce changement d'appellation a pour origine une opération immobilière. Lorsque vers 1910, le développement de l'habitat opéré sur la partie côtière de la commune d'Arcachon atteint le sud du Moulleau, les promoteurs immobiliers qui convoitent des terrains sur la partie testerine qui prolonge la côte vers le sud, sont confrontés à un problème de taille : le territoire appartient à l'État qui ne veut pas vendre.
Un de ces promoteurs, Daniel Meller, propose alors et obtient de l'administration une transaction : en échange de 463 hectares de terrain qu'il achète sur la commune de La Teste (sur les bords du lac de Cazaux), il obtient 143 hectares entre Le Moulleau et la dune du Pilat. En référence à la grande dune voisine qui forme un monticule de sable, il choisit de baptiser l'endroit « Pyla-sur-Mer ». Un peu plus tard, un autre promoteur, Louis Gaume, crée « Le Pilat-Plage ». C'est à peu près vers les années 1930 que le vieux nom « Sabloney » est remplacé par « dune du Pyla » ou « dune du Pilat ». Aujourd'hui, « les Sabloneys » désigne une petite plage au sud de la grande dune.
Le nom officiel de la dune est bien "Dune du Pilat". La dénomination d'origine Pilat provient du gascon pilhar signifiant tas, monticule.



Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © C. LOUP 2017 .