Bouton

La Bataille de Crécy - Samedi 26 aout 1346


Crécy

La bataille eut lieu à Crécy en Ponthieu dans la Somme. Ce jour là, la France subissait l’une des plus cruelles défaites de toute son histoire. La fine fleur de la chevalerie française se faisait décimer par les fameux archers gallois utilisant comme seule et unique arme les longs boys, un arc capable de transpercer n’importe quelle cote de maille. Ce qui fut le plus désastreux, ce n’est pas la défaite en elle-même mais l’attitude imbécile d’une seigneurie qui se croyait supérieur à la piétaille et que sa témérité aveugle a conduit à sa perte. Si certain invoque que c’est grâce à son artillerie qu’Édouard III vainquit les Français, c’est uniquement pour trouver une excuse à l’inexcusable.
Mais laissons parler les chroniqueurs de l’Époque qui sont certainement plus impartiaux que nos savants érudits contemporains qui imaginent plus qu’ils ne racontent le fait historique :
Le prince de Galles, le comte de Warvich, le compte de Kenfort, messire Godefroy de Harecourt, messire Régnaut de Cobehen, Messire Thomas de Hollande, messire Richard de Stanfort, le Sire de Manne, le Sire de la Ware, messire Jean Chandos, messire Barthélemy de Brubbes, messire Robert de Neufville, messire Thomas Cliford, le sire de Bourchier, le sire Latimer et plusieurs autres bons chevaliers et écuyers (...) environ huit cents hommes d'armes et deux mille archers et mille brigands parmi les Gallois...


La bataille de Crécy
La bataille de Crécy

En la seconde bataille furent le comte de Norhantonne, le comte d'Arondel, le sire de Ros, le sire de Lucy, le sire de Viilebi, le sire de Basset, le sire de Saint-Aubin, messire Louis Tueton, le sire de Multon, le sire de la Selle (Lord Lascels) et plusieurs autres et etoient en cette bataille environ cinq cents hommes et douze cents archers. La tiece bataille eut le roi pour son corps et grand foison selon l'aisement où il etoit, de bons chevalier et écuyers; si pouvoient être en sa route et arroi sept cens hommes d'armes et deux mille archers.
Quand ces trois batailles furent ordonnées et que chacun, comte, baron et chevalier sçut quelle chose il devoit faire, le roi d'Angleterre monta sur un petit palefroy, un blanc bâton en sa main.
(Note ce texte est écrit dans le françois d'alors.)
Si les canons avaient déjà été inventé, il est inconcevable que ces engins aient pu servir lord de cette bataille. Pour vous donnez un aperçu de ces engins de guerre, il vous suffit d'aller visiter le Mont Saint Michel, où à l'entré principale se trouve une bombarde laissée par les anglais lors du siège de la cité. cet engin est contemporain d'Edouard III. et maintenant imaginez le nombre de chevaux et d'hommes nécessaire pour déplacer cette monstruosité, et vous comprendrez qu'à Crécy, il n'y a jamais eu le moindre canon surtout si l'on sait que le Prince Édouard fuyait devant les armées françaises..Note : Aegidius li Muisis, abbé de Saint Martin à l'Eglise de Tournai (1269-1352) a relaté la bataille dans un récit de 500 vers et Jean de Hainaut, a été le témoin oculaire de la bataille en qualité de participant. Aucun de ces deux chroniqueurs ne mentionnent l'utilisation de l'artillerie à la bataille de Crécy.

Boulets de bombarde
Boulets de bombarde ( 40 cm environ ! )

Pour vous donnez un aperçu des munitions utilisés par ces engins, voici une photographie de boulets de pierre qu'utilisait ce type de canons. Ils ont été découvert dans les ruine du château du Prince Noir à Blanquefort (Gironde). Il faut noter qu'il fallait des tailleurs de pierre pour rendre ces projectiles parfaitement sphérique !


Bibliographie : La fête écarlate - Cycle Ogier d'Argouges - tome IV de Pierre Naudin - Presse Pocket



Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © C. LOUP 2014.