Bouton

Parfum de Rose


La Rose

La Rose, symbole immortel de la beauté, les poètes l’ont chanté, de Pierre de Ronsard à Françoise Hardie, de tout temps cette fleur a inspiré les poètes. De très nombreuses villes lui ont même consacré des jardins. Une ville l'a même intégré dans son nom. En effet, L’Häy les Roses peut s’enorgueillir d’avoir été la première ville au monde à posséder une roseraie. Créée il y a un siècle par Jules Gravereaux dans sa résidence d’été, la Roseraie du Val-de-Marne est le fruit de sa passion. Quand Jules Gravereaux demande en 1899 à Edouard André, paysagiste, de lui dessiner un jardin où le rosier constitue, à lui seul, la décoration végétale, il crée à L’Haÿ la première roseraie du monde. Cette roseraie ne comporte pas moins de 16 000 rosiers représentant 3 300 espèces de roses différentes. Je n’ai hélas pas encore pu lui rendre visite, mais je vous livre quelques vues prise dans la roseraie Princesse Grace de Monaco.


Mon amie la Rose

On est bien peu de choses
et mon amie la rose me l'a dit ce matin

A l'aurore je suis née
Baptisée de rosée
Je me suis épanouie
heureuse et amoureuse
au rayon du soleil, me suis fermée la nuit, me suis relevée hier
Pourtant j'étais très belle, oui j'étais la plus belle des fleurs de ton jardin.

On est bien peu de choses
et mon amie la rose me l'a dit ce matin

Voit le Dieu qui m'a faite, me fait courber la tête et je sens que je tombe et je sens que je tombe,
mon cœur est presque nu, j'ai le pied dans la tombe, déjà je ne suis plus.
Tu m'admirais hier et je serai poussière pour toujours demain.

On est bien peu de choses
et mon amie la rose est morte ce matin

La lune cette nuit a veillé mon amie, moi en rêve j'ai vu éblouissant émue son âme qui dansait bien au-delà des nues et qui me souriait.
Croit celui qui veut croire, moi j'ai besoin d'espoir sinon je ne suis rien
Ou bien si peu de chose, c'est mon amie la rose qui l'a dit hier matin.


  Parole de la chanson de Françoise Hardy


A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,


Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Pierre de Ronsard


Chanson pour des Roses