# # # # # # Bouton

La Journée des Farines



Défilé des troupe de la Ligue dans Paris

La « journée des farines » est une tentative de pénétration du roi Henri IV, dans la ville de Paris, dans la nuit du 20 au 21 janvier 1591. Soixante capitaines, déguisés en paysans, conduisant les uns des chevaux, les autres des charrettes chargées de farines, furent envoyés par Henri IV pour se saisir de la porte Saint Honoré de Paris. Ils étaient suivis par cinq cents cuirassiers et deux cents arquebusiers de Lavardin. Après eux venait le baron de Biron avec un corps de troupes de douze cents hommes soutenus par les Suisses, et deux pièces de canon. Le roi, qui marchait ensuite avec les ducs de Longueville, de Nevers, d’Espernon, et plusieurs autres, s’arrêta à l’entrée du faubourg, lui et tous les seigneurs à pied, excepté le duc de Nevers qui relia à cheval, accompagné de soixante hommes. Il n’était que trois heures du matin, lorsque douze des capitaines, laissant les autres dans le faubourg près des Capucins, s’avancèrent vers la porte Saint Honoré, pour entrer avec leurs chevaux chargés de farines. Dès que la porte leur aurait été ouverte, ils devaient embarrasser l’entrée, jusqu’à ce qu’aidés par leurs correspondants de la ville, et soutenus par les autres capitaines qui les suivaient, ils eussent donné sur la garde et saisi la porte. Mais sur le bruit de quelque mouvement des troupes royales, l’on avait pris, le soir précédent, la précaution de terrasser la porte. De sorte que l’un des capitaines cria vainement à la sentinelle de leur ouvrir. Le sieur de Tremblecour lui dit que la porte était bouchée, et le renvoya le long de la rivière, où ils pourraient palier en bateau. Ces capitaines allèrent sur le champ faire leur rapport au roi, qui voyant bien que les habitants étaient sur leurs gardes, retira ses troupes et retourna à Senlis. Les Parisiens, qui ne connurent le danger de leur ville que lorsqu’ils en furent délivrés, en rendirent à Dieu des actions de grâces par un Te Deum qui fut chanté le même jour et pour consacrer la mémoire de cet évènement, ils ordonnèrent qu’on en ferait tous les ans la fête, sous le nom de la « journée des farines ».


Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © C. LOUP 2017 .