# # # # # # Bouton

L'Affaire des sonnets


Tout écolier devrait avoir entendu, même sans les avoir lu les auteurs littéraires du XVIIème siècle, Jean Racine, Nicolas Boileau, Madame de La Fayette, sont des auteurs qui ont donnés à la langue française ses lettres de noblesse.
Si certains sont aujourd’hui tombés en désuétude, il n’en demeure pas moins que nombres de leurs œuvres ont été interprétées au théâtre, et ont même fait l’objet de films cinématographiques, voir de téléfilms pour la télévison. Ce que l’ont sait moins c’est que certains de ces auteurs ont été aussi la victime de détracteurs et ont fait l’objet de cabales. Pour les curieux citons l’affaire des sonnets qui opposât les amis et les ennemis de Racine lors de la présentation de Phèdre.
Le Duc de Nevers, Philippe Mancini neveux du Cardinal Mazarin, s’amuse à rédiger un sonnet critiquant, le choix d’Anne d'Ennebaut, une actrice blonde, petite et grosse dans son rôle d’Aricie qu’elle interprète dans la pièce de théâtre Phèdre de Jean Racine.


Dans un fauteuil doré, Phèdre, tremblante et blême,
Dit des vers où d’abord personne n’entend rien.
Sa nourrice lui fait un sermon fort chrétien
Contre l’affreux dessein d’attenter sur soi-même.
Hippolyte la hait presque autant qu’elle l’aime;
Rien son cœur et son chaste maintien.
Sa nourrice l’accuse, elle s’en punit bien.
Thésée est pour son fils d’une rigueur extrême.
Une grosse Aricie, au teint rouge, aux crins blonds,
N’est là que pour montrer deux énormes tétons,
Que, malgré sa froideur, Hippolyte idolâtre.
Il meurt enfin, traîné par ses coursiers ingrats,
Et Phèdre, après avoir pris de la mort-aux-rats,
Vient, en se confessant, mourir sur le théâtre.

Aussitôt le comte de Fiesque, le marquis d’Effiat, Guilleragues, de Manicamp des amis de Jean Racine et de Boileau rédigèrent, en réponse, un sonnets reprenant les même rimes et dirigé contre un certain Damon qui n’est autre que le duc de Nevers. On soupçonne le duc de Nevers d’avoir des relations homosexuelles avec Monsieur Frère du Roi


Dans un palais doré, Damon, jaloux et blême,
Fait des vers où jamais personne n’entend rien :
Il n’est ni courtisan, ni guerrier, ni chrétien,
Et souvent, pour rimer, il s’enferme lui-même.
La muse, par malheur, le hait autant qu’il l’aime.
II a d’un franc poète et l’air et le maintien ;
II veut juger de tout et n’en juge pas bien.
Il a pour le phébus une tendresse extrême.
Une sœur vagabonde, aux crins plus noirs que blonds,
Va, dans toutes les cours, promener ses tétons.
Dont, malgré son pays, Damon est idolâtre.
Il se tue à rimer pour des lecteurs ingrats.
L’Énéide, à son goût, est de la mort-aux-rats,
Et, selon lui, Pradon est le roi du théâtre.


La réponse du duc de Nerves fut cinglante et elle fut rédigé sous la même forme de sonnet.


Racine et Despréaux, l’air triste et le teint blême,
Viennent demander grâce et ne confessent rien ;
II faut leur pardonner, parce qu’on est chrétien,
Mais on sait ce qu’on doit au public, à soi-même.
Damon, dans l’intérêt de cette sœur qu’il aime,
Doit de ces scélérats châtier le maintien :
Car il serait blâmé de tous les gens de bien,
S’il ne punissait pas leur insolence extrême.
Ce fut une furie, aux crins plus noirs que blonds;
Qui leur pressa du pus de ses affreux tétons,
Ce sonnet qu'en secret leur cabale idolâtre.
Vous en serez punis, satiriques ingrats,
Non pas en trahison d’un sou de mort-aux-rats,
Mais de coups de bâton donnés en plein théâtre.


On dit que, des menaces, on passa aux faits, et la mésaventure de l’ami de Racine fut racontée toujours sur les mêmes rimes; par P. Louis Sanlecque pour faire sa cours au duc de Nevers.:

Dans un coin de Paris, Boileau tremblant et blême,
Fut hier bien frotté, quoiqu’il n’en dise rien
Voilà ce qu'a produit son style peu chrétien
. Disant du mal d'autrui, l'on s'en fait à soi-même.


C'est l'intervention du Grand Condé, qui mit fin à la querelle en menaçant les partisans de Racine de mettre sous sa protection les protagonistes de cette affaire.


Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © C. LOUP 2017 .