' Le duché de Normandie
# # # # # # Bouton

Le Duché de Normandie


# La Gascogne
Rolon Duc de Normandie

NORMANDIE Neustria, Normannia, Nortmannia, ci-devant grande province de France qui forme maintenant .les départements de la Seine-inférieure, de l'Eure, du-Calvados, -de la Manche et le département de l'Orne, à l'exception de l'arrondissement de Mortagne.
Avant la conquête des Gaules parles Romains, cette province faisait partie de la Gaule celtique; sous les empereurs elle fut comprise dans la 2e Lyonnaise. Soumise ensuite aux Francs, elle fat envahie, dans le IX èmesiècle, par les Normands. Guillaume le Conquérant étant monté sur le trône d'Angleterre, elle subit la domination anglaise jusqu'au règne de Philippe Auguste, qui la réunit à la France en 1204. Les Anglais s'en étant emparés de nouveau en 1419 la conservèrent jusqu'en 1425, époque à laquelle Charles VII chassa les Anglais du territoire français.
La Normandie avait environ 240 kilomètres. de long, 120 kilomètres de large et plus de 400 kilomètres de côtes ; elle était bornée au nord et à l'ouest par la Manche, à l’est par la Picardie et l'Île-de-France, et au sud par le Maine et la Bretagne. La Normandie était un des douze gouvernements. Les ducs de Normandie étaient grands vassaux ; leur duché fut réuni à la couronne en 1205 sous Philippe Auguste, et en 1468 sous Louis XI.
La Normandie avait un parlement pour toute la province, il siégeait à Rouen. On, y comptait trois généralités, un archevêché, celui de Rouen, et six évêchés, dont les sièges étaient à Lisieux, Avranches, Coutances, Séez, Bayeux et Evreux.
La Normandie était divisée en haute Normandie, subdivisée en pays de Caux, pays de Bray, Vexin normand, Roumois, Pays de Campagne, pays d'Auge et Lieuvin ; et en basse Normandie, subdivisée en campagne d'Alençon, campagne de Caen, pays d'Houlme, Bessin, Bocage, Cotentin et Avranchin

Note

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 marque la naissance du duché de Normandie. Dépassé par les raids vikings qui razzient son royaume, le roi des Francs, Charles le Simple, décide de négocier avec un chef scandinave du nom de Rollon. Un accord entre les deux hommes est donc conclu à Saint-Clair-sur-Epte. Le Viking reçoit les pays voisins de la Basse-Seine à charge pour lui de les défendre au nom du roi des Francs. Nous ne savons pas exactement l’extension de ce territoire. En tout cas, il sera à la base de la Normandie, étymologiquement le « Pays des Hommes du Nord » en vieux norrois.
Le roi des Francs, Raoul, agrandit la concession faite au comte Rollon. En 924, il lui octroie la Normandie centrale (Bessin, Pays d'Auge et Hiémois ?). Neuf ans plus tard, en 933, ce même roi abandonne au fils de Rollon, Guillaume Longue Épée, le Cotentin et l’Avranchin concédés autrefois par les Français aux Bretons.
À cette date, le duché de Normandie recouvre à peu près la province ecclésiastique de Rouen, autrement dit la quasi-totalité de la région d’aujourd’hui. Mais il n’est pas sûr que son chef dominait effectivement tout ce territoire. Jusqu’au règne de Richard Ier (942-996), la moitié occidentale semble échapper à l’autorité des comtes normands installés à Rouen. Les Normands s’installent dans la durée (911-1035)
L’histoire des premiers comtes de Normandie reste assez mal connue. Notre principale source est l’œuvre panégyrique d’un chanoine, Dudon de Saint-Quentin.

Carte des provinces du Maine
Le duché et gouvernement de Normandie divisé en Haute et Basse Normandie en divers pays ; et par evechez, avec le gouvernement general du Havre de Grace. : Dressé sur les Mémoires du Sr de Tillemon / par I.B. Nolin
Note

La tâche première des comtes, devenus ducs vers 1010, consiste à s’installer dans la durée en Normandie. Les révoltes intérieures, les invasions des puissants voisins (le comte de Flandre, le comte de Blois), les minorités des princes (Richard Ier puis Richard II) manquent d’entraîner la disparition de la jeune Normandie. Alors qu’ailleurs les Vikings doivent refluer face à la reprise en main des rois, les Normands parviennent, en recourant parfois à l’aide militaire de troupes scandinaves, à se maintenir au pouvoir et à construire un État solide. Rollon et ses successeurs gouvernent comme de vrais princes, affirmant leur autorité et reprennent l’héritage administratif de Charlemagne.
La paix et la sécurité revenues dans la région, les évêques retournent dans leur cité épiscopale et les moines dans les abbayes. La Normandie, qui comprend les états du Cotentin, avec Saint Lo, du Bessin avec Bayeux, du Pays d’Auge avec Lisieux, de la Suisse Normande avec Flers, de la plaine de Caen avec Caen, des Campagnes de Falaise avec Falaise, d’Argentan avec Argentan, d’Alençon avec Alençon, des Etats d’Avranchin avec Avranches, du Mortainais avec Mortain, du Domfrontais avec Domfront, du Bocage Mayennais avec Mayenne. Tous ses fiefs, doivent hommage au duc de Normandie, dont le plus célèbre est Guillaume le Bâtard, plus connu sous le nom de Guillaume le Conquérant qui ceindra la Couronne d’Angleterre en 1066. En 1087, son fils ainé, Robert Courteheuse devint duc de Normandie tandis que Guillaume II le Roux, ceint la Couronne d’Angleterre, En 1089, son oncle, Odon de Conteville prend la tête d’une révolte des barons normands pour le renverser et mettre à sa place Robert. C’est Henri Ier Beauclerc qui réunira le Normandie à l’Angleterre. Henri II Plantagenêt, comte d’Anjou et Duc de Normandie, devient Roi d’Angleterre et par son mariage avec Aliénor Duchesse d’Aquitaine ce sont les terres d’Aquitaines, d'Anjou et de Normandie qui passent sous domination anglaise jusqu’en 1204, année où Philippe Auguste confisque la Normandie pour l’unir à la couronne de France.



Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © C. LOUP 2014.