Bouton

La Guyenne


1 et 4, d'azur, au lion d'argent; 2 et 3, de gueules, La Guyenne
Carte de la Guyenne

Guyenne ancienne, grande et la plus considérable des ci-devant provinces de France. Elle forme maintenant les départements de la Gironde, de la Dordogne, du Lot, de l’Aveyron, de Lot-et- Garonne,. du Tarn, des Landes, du Gers et. des Hautes-Pyrénées, ainsi qu'une partie des départements de Tarn-et-Garonne, de l’Ariège et des Basses-Pyrénées. Comprise sous Jules César dans la Celtique et lors, de la division de la Gaule par Valens, elle forma une partie considérable de la première et de la deuxième Aquitaine, et la majeure partie de la Novempopulanie ; de la domination romaine elle passa successivement sous celle des Wisigoths, qui la possédèrent pendant quatre-vingt-dix ans sous six rois de leur nation, jusque environ l'an 509, que Clovis, roi des Français, les en chassa, et se rendit maître de cette province dont lui et ses successeurs jouirent paisiblement. En 653, Eudes, profitant de la faiblesse des rois de France l’occupa sous le nom de duc de toute l'Aquitaine, dont on lui avait donné le gouvernement. Ses successeurs s'y maintinrent' jusqu’au règne de Pépin le Bref. Ce monarque la conquit sur Gaifre, petit-fils d'Eudes, vers l'an 768. Ainsi l'Aquitaine retourna à la couronne de France, et y demeura jusqu'en 852, que le, roi Charles le Chauve l’érigea en duché.
Éléonore, héritière de ce duché, l'apporta à la couronne dé France par son mariage avec Louis le Jeune ; mais, ayant été répudiée par ce monarque, elle épousa Henri II, roi d'Angleterre, et cette province passa sous la domination des Anglais, qui la possédèrent jusqu'en l'an 1200 : elle retourna ensuite à la couronne par droit de confiscation, et y demeura jusque vers l'an 1355, que le roi saint Louis la céda Henri IV roi d'Angleterre. La guerre ayant ensuite recommencé entre les Français et les Anglais sous le règne de Charles V, et ayant continué sous les rois Charles VI et Charles VII, ce dernier chassa entièrement les Anglais de la Guyenne en l'an 1453. Louis XI, après la guerre du bien public, céda à son frère Charles le duché de Guyenne, en l’an 1469; mais après la mort du prince Charles, arrivée en 1472, le duché de Guyenne fut réuni à la couronne. La Guyenne était divisée, en Bordelais ou Guyenne propre, Périgord, Quercy, Rouergue, Gascogne, pays des Landes, duché d’Albret, Pays des Basques, Armagnac et Comminges, Bordeaux en étant la capitale. Pendant l'union anglo-gasconne, les limites du duché de Guyenne varièrent suivant les traités de paix passés entre les rois d'Angleterre et les rois de France, puis les vicissitudes de la guerre de Cent Ans.
Par la suite, la province ou gouvernement de Guyenne fut la plus grande des provinces du royaume de France puisqu'elle comprenait aux XVIème et XVIIème siècles le Bordelais, le Bazadais, le Limousin, le Périgord, le Quercy, le Rouergue, l'Agenais, la Saintonge, l'Angoumois et la Gascogne, laissant de côté le Béarn et la Basse-Navarre. Il faut attendre le milieu du XVIIème siècle pour voir distinguée la Gascogne de la Guyenne, alors qu'auparavant la Gascogne était toujours considérée comme une partie de la Guyenne. Dès lors, la Guyenne proprement dite fut considérée comme étant composée du Bordelais, du Périgord, de la Saintonge, du Limousin, du Quercy et du Rouergue, le reste du gouvernement étant considéré comme étant la Gascogne. Par la suite, la Saintonge et le Limousin furent détachés de ce gouvernement pour en faire des gouvernements séparés donnant au gouvernement de Guyenne et Gascogne la physionomie qu'il avait en 1789.